• 1 (450) 967-0500
  • Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La musculation chez les ados; mythe ou réalité?

Est-ce avec la popularité grandissante d’internet ou des médias sociaux… Est-ce dans le but de mieux paraitre ou bien est-ce un désir réel d’être plus en forme que nos jeunes veulent faire de la musculation. Alors que leur corps est encore en pleine croissance, la musculation comporte-t-elle des risques chez nos jeunes? C’est ce que je me suis demandé…

Le corps d’un ados n’étant pas totalement développé, il est facile de penser que tous ces exercices d’entrainement vont fragiliser ses os et ses muscles et peut-être nuire à son développement. Toutefois, les études nous prouvent le contraire. Le stress mécanique de cette activité physique renforce le squelette. Il semble qu’un enfant ou un adolescent qui fait de la musculation développera des os plus denses et donc en meilleure santé et plus forts. Des études menées chez des jeunes haltérophiles et d’autres chez de jeunes joueurs de tennis démontrent qu’ils présentaient chez eux une densité osseuse plus élevée que l’échantillon des jeunes qui ne pratiquait pas ces disciplines. Le même principe s’applique aux muscles. Le but n’est pas de les laisser se transformer en Monsieur Univers mais nos jeunes qui poussent de la fonte vont conserver leur masse musculaire plus longtemps et possiblement éviter les risques de blessures.

L’idée que la musculation nuit au développement des jeunes est liée a un mythe. Nous devons tout de même être très vigilant et surveiller nos jeunes de près. S’assurer qu’ils ont de bonnes motivations et qu’ils ne font pas d’abus. Garder aussi à l’esprit que des muscles détendus sont plus faciles à mettre en tensions par la musculation, donc pourront faire un meilleur travail s’ils ne sont pas tendus. Le massage sera alors doublement salutaire pour nos jeunes ados. Un massage par mois ou bien aux saisons pourrait l’aider à atteindre plus facilement ses buts et fort probablement éviter plusieurs inconforts et voir même des blessures. Ainsi, quelques heures par semaine, ils pourront se débrancher du monde virtuel dans un but louable de prendre soin d’eux.

Annick Beauregard, massothérapeute