• 1 (450) 967-0500
  • Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À propos des diètes populaires

Il n’est pas exagéré de qualifier de populaires les nombreuses tendances alimentaires actuelles visant la perte de poids,  ex. diète cétogène, diète aux « shakes » de protéines, régime paléo, etc. Malgré leur grande popularité, leur efficacité à long terme est peu convaincante. Leur principe est fréquemment associé à une réduction maximale des glucides pour une consommation augmentée de protéines et de gras. Les glucides (tous les sucres confondus, incluant les sucres naturellement présents dans les aliments) seraient donc les responsables de la prise de poids. Or, il est démontré dans la littérature que des personnes qui suivent assidument une alimentation réduite en calories pendant au moins 2 ans parviennent à maigrir de façon significative, que cette alimentation soit riche ou non en glucides, lipides ou protéines[1]. En d’autres mots, c’est le fait de diminuer ses apports (ou d’augmenter ses dépenses énergétiques) qui crée le déficit calorique qui est lui responsable d’une perte de poids. Les diètes populaires sont souvent motivantes à suivre car elles s’accompagnent habituellement d’une perte de poids rapide dans ses débuts. « Même si elles sont parfois importantes, les pertes de poids qui se produisent au cours des premiers mois de ces régimes ont tendance à disparaître avec le temps pour devenir similaires à celles obtenues par l’ensemble des régimes hypocaloriques.[2] » Cette perte de poids est également associée à une perte de masse musculaire et d’eau et à un changement radical des habitudes alimentaires. Le problème se situe généralement dans le maintien à long terme d’une telle diète, dans la difficulté de la suivre tout en maintenant sa vie sociale, dans les carences en fibres, vitamines et minéraux sans compter les symptômes gastro-intestinaux et la fatigue qu’elles peuvent apporter. Au final, les habitudes de vie ont rarement été modifiées de façon durable et les vieilles habitudes ont refait surface. Il n’y a pas une façon de s’alimenter qui convienne à tous, et tous n’ont pas les mêmes contraintes de temps ou relation avec les aliments. Dans tous les cas, il est primordial de personnaliser les approches nutritionnelles et d’être bien accompagné dans cette démarche, accompagnement qui est reconnu parmi les conditions gagnantes à une perte de poids durable.

Jade Bégin-Desplantie, Dt.P., M.Sc.

[1] Foster, G. Weight and Metabolic Outcomes After 2 Years on a Low-Carbohydrate Versus Low-Fat Diet. 2010

 

[2] Dr Martin Juneau : https://observatoireprevention.org/2017/10/30/regimes-faibles-glucides-reellement-meilleure-solution-perdre-poids/