• 1 (450) 967-0500
  • Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ARTHROSE : l’acupuncture, un bon antidouleur

Pas question de renoncer à ses activités et à sa mobilité parce que la maladie crée douleurs et blocages. Des approches non médicamenteuses ont fait leurs preuves. Parmi celles-ci, l'acupuncture.

En effet, cette branche de la médecine chinoise, la plus connue en Occident, consiste à stimuler des zones précises de l’épiderme à l’aide de toutes petites aiguilles chargées de rétablir l’équilibre des énergies dans l’organisme. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) la recommande pour son action antidouleur.

 

Quels sont les effets des petites aiguilles ?

Selon les préceptes de la thérapie, il existe environ 360 points d’acupuncture répartis sur l’ensemble du corps en 12 groupements appelés méridiens. Chaque méridien correspond à un organe (poumon, foie, cœur...). Le principe : piquer certains points pour agir sur le qi ou l’énergie en mouvement dans le corps. Les scientifiques qui ont étudié l’acupuncture concluent à des impacts bénéfiques avérés dans le traitement des douleurs aiguës ou chroniques, et notamment celles liées aux poussées d’arthrose, dans le cadre d’une approche pluridisciplinaire. Le plus souvent, l’acupuncteur insère de fines aiguilles localement, sur le genou, la hanche, l’épaule, la main, mais également sur d’autres zones du corps, afin de libérer les blocages énergétiques et réduire l’inflammation et la douleur. L’acupuncture se révèle assez utile chez les patients dont les crises sont déclenchées par le froid et/ou l’humidité.

 

Je consulte qui, à quel rythme ?

Appelez-nous pour une consultation avec Lynn La Rocque, acupuncteure. Prévoyez une première séance d’environ 1 heure (interrogatoire spécifique sur le mal à traiter et séance d’acupuncture) qui peut déjà agir de façon bénéfique sur l’intensité de la douleur. Puis il faut en général 2 autres rendez-vous de 30 à 60 minutes pour sentir une amélioration sur le plan de la raideur articulaire.

 

Une reconnaissance officielle 

L’Office des professions du Québec reconnaît l’acupuncture comme une profession à part entière. L’Ordre des acupuncteurs du Québec (OAQ) règlemente la pratique de l’acupuncture depuis 1995. Lynn La Rocque est membre en règle de l’OAQ depuis 2012.