• 1 (450) 967-0500
  • Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La kinésiophobie : Quand la peur vous empêche d’avancer

La peur est un mécanisme normal que les humains ont développé pour faire face à un stress ou un danger imminent.

La plupart du temps la peur est proportionnelle à la menace mais parfois elle prend des proportions démesurées est devient un frein à la guérison normale. 

Le fait d’éviter de mettre du poids en marchant avec des béquilles sur une entorse récente de la cheville, prévient une détérioration et permet de favoriser la guérison.

Lorsque cette peur conduit à éviter le mouvement tout autant par crainte d’avoir mal que d’aggraver une éventuelle blessure et ce même en l’absence de lésions, cela devient une problématique.

On décrit la kinésiophobie comme la peur excessive et irrationnelle de faire certains mouvements, aussi bien à la maison, au travail, dans les activités sportives ou de loisirs. La crainte continuelle de se reblesser ou d’augmenter la douleur alimente cette peur. La croyance est que la douleur est un signe de lésions corporelles et que toute activité douloureuse est dangereuse et doit être évitée.  Il n’y a pas de corrélation notable entre la douleur et la gravité des lésions et la peur du mouvement.

La peur et l’évitement deviennent un problème, s’ils durent trop longtemps, sont excessifs ou disproportionnés : augmentation du temps de guérison, baisse du niveau d’activité physique et même dépression créant un cercle vicieux de peur et de douleur continuelle. L’évitement et la peur de la douleur sont associés à une plus longue durée d’incapacité et à un moins bon pronostic, lors d’épisode de douleurs lombaires.

Lors de blessures ou problèmes musculosquelettiques, il est important de suivre les indications du médecin pour gérer la douleur. Consultez un physiothérapeute pour apprendre à quantifier le stress mécanique et favoriser l’adaptation et la guérison des blessures. Le physiothérapeute pourra également suggérer un programme pour reconstruire, à la fois, les capacités physiques et la confiance en soi. Ne laissez plus la peur vous empêcher d’avancer.

Sylvie Leduc, physiothérapeute