Consultez notre blogue
 Suivez-nous:

La douleur chronique persistante

Posté par le dans Nouvelles
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 139

La douleur chronique persistante est définie comme une douleur qui dure plus longtemps que trois mois. Elle peut débuter par une blessure mais elle persistera même après la guérison des tissus. Un Canadien sur cinq sera touché par ce problème (Moulin, Clark et autres, 2002 et Schopflochen, Jovey et autres, 2011). La prévalence de douleur chronique augmente avec l'âge, touchant jusqu'à 65 % de gens. Selon les données, les douleurs chroniques couteraient au Canada de 50 à 60 milliards de dollars annuellement.

Une fois que vous avez reçu un diagnostic de douleur chronique persistante, que pouvons-nous faire ?

En premier lieu, il faut s'assurer que tous les tests nécessaires ont été effectués pour déceler des pathologies sous-jacentes qui pourraient expliquer ces douleurs. Un mauvais diagnostic entraînera un traitement qui ne sera pas nécessairement adéquat pour votre condition. La douleur est un phénomène complexe qui est souvent multifactoriel, incluant des composantes physiques, chimiques et émotionnelles. Les personnes éprouvant des douleurs chroniques persistantes ont souvent l'impression de ne pas être comprises, que les gens autour d'elles croient qu'elles amplifient leurs symptômes et que, dans le fond, le problème est dans leur tête ! La chose la plus importante à retenir ici est que vos douleurs sont bel et bien réelles. Le problème ne vient pas de votre tête mais de votre cerveau.

Examinons cela plus en détail. Les professionnels de la santé s'entendent pour dire qu'après trois à six mois les tissus endommagés qui produisaient de la douleur sont généralement guéris. Donc, la perception de la douleur est plus imputable à une hypersensibilité de votre système nerveux qu'à des dommages structurels infligés à votre corps. À ce moment-là, les gens ne comprennent pas pourquoi leur médecin leur dit que tout est beau alors qu'eux ressentent encore de la douleur. Ils ont tendance à penser qu'il y a vraiment quelque chose qui ne va pas. Un cerveau qui continue de produire de la douleur même lorsque tout est guéri aura un impact important sur l'aspect psychologique de votre vie. Pour comprendre, imaginez une personne qui s'est fait amputer une jambe mais qui ressent encore de la douleur même si la jambe n'est plus là. Cela est un parfait exemple pour comprendre que les tissus peuvent être blessés mais que c'est le cerveau qui perçoit la douleur. La bonne nouvelle dans tout cela est que le cerveau est le coupable et qu'il est possible de modifier sa réaction et d'ainsi désensibiliser le système nerveux.

Les solutions:

1) Au début, il peut s'avérer nécessaire de contrôler la douleur avec des médicaments mais il a été démontré qu'une approche active est plus efficace pour reprogrammer le cerveau. La chiropratique, par son approche active et sa manière de stimuler les mécanorécepteurs des parties affectées, inhibera les nocicepteurs qui, eux, sont interprétés par le cerveau comme étant de la douleur. Nous conseillerons aussi de redevenir actif, le tout selon vos capacités et en respectant votre corps.

2) Il faut essayer de voir comment nos pensées peuvent avoir un impact sur notre système nerveux et ainsi contribuer à nos douleurs chroniques. Du stress au travail, à la maison ou dans nos relations peut facilement alarmer notre système nerveux. Il ne faut pas avoir peur d'admettre cette situation et d'essayer de trouver des manières pour y faire face plutôt que l'éviter. Cela peut se faire en consultant des personnes ressources ou en adoptant des techniques de relaxation, méditation, cohérence cardiaque, yoga, etc.

3) Il importe également de regarder si votre style de vie peut être un facteur aggravant de vos douleurs. Car il a été prouvé que notre style de vie nord- américain contribue à l'hypersensibilisation de notre système nerveux. Ainsi, la consommation d'alcool, la cigarette, la malbouffe et la sédentarité sont des facteurs qui peuvent avoir un impact sur les douleurs chroniques. La question à se poser est donc : suis-je assez fatigué d'avoir mal pour faire des changements qui auront un impact positif sur ma santé, sur ma vie ? Ce n'est pas toujours facile et c'est pour cela que nous vous conseillons de commencer par de petits gestes, une chose à la fois. Commencez par boire plus d'eau, mangez plus de légumes, arrêtez de fumer ou faites plus d'exercice. Une nutritionniste pourrait aussi vous aider à élaborer un programme d'alimentation qui vous sera bénéfique.

Bref, vos douleurs sont réelles mais il existe des moyens pour vous en sortir et votre chiropraticien peut être la personne qui vous guidera vers le mieux-être.

Dr Bernard Proulx, chiropraticien, D.C.