Consultez notre blogue
 Suivez-nous:
Pour rester à l'affut des actualités de Chiromédic inscrivez-vous dès maintenant à son infolettre: Votre courriel

 Maux de pieds


inivi
inivi

FASCITE PLANTAIRE

Description

• Inflammation de l’insertion du fascia plantaire à l’os du talon (calcanéus) résultant de blessures ou de stress répétés.
• Peut être associée à l’occasion à une ÉPINE DE LENOIR, qui résulte d’une calcification mais qui n’est pas nécessairement symptomatique.
• Sans traitement approprié, cette condition peut se développer en problème chronique et récurrent. La présence d’une déchirure partielle ou complète du fascia plantaire est possible.

                                                 fascite plantaire

Présentation

• Débute par une douleur sourde et intermittente dans le talon qui peut évoluer vers une douleur aiguë persistante.
• La douleur peut également être présente au milieu de la plante du pied ou près des orteils.
• Douleur généralement plus présente le matin lors des premiers pas, après une période assise prolongée ou au début d’une activité sportive.
• Peut occasionner des douleurs lombaires ou aux genoux à cause de l’adaptation de la marche.

Causes

• Pieds plats en pronation
• Pieds rigides à voûte élevée
• Position debout prolongée
• Chaussures non convenables, inadéquates ou trop usées
• Abus d’exercice (syndrome « trop d’efforts, trop tôt »)
• Terrain mou (course à pied sur sable)
• Activités impliquant des arrêts et des changements de directions brusques
• Raideur du tendon d’Achille et des muscles du mollet
• Obésité
• Vieillissement

fascite plantaire

Traitements

• Diminution de l’inflammation à l’aide de la glace (20 minutes / 2 heures) et de thérapies complémentaires telles la neurocryothérapie et le kinésio taping.
• Manipulations articulaires et travail des tissus mous (Active Release Techniques et Graston) afin de corriger la biomécanique du pied et réduire le tissu cicatriciel
• Exercices d’assouplissement du fascia plantaire et du tendon d’Achille
• Exercices pour fortifier et stabiliser le pied
• Orthèses plantaires pour traiter ou prévenir la condition
• Modification des activités
• Médicaments (anti-inflammatoires) au besoin
• Injections de cortisone au besoin
• Interventions chirurgicales très rares
Plasma riche en plaquettes



ENTORSE DE LA CHEVILLE

Description

• Résulte le plus souvent d’une torsion de la cheville vers l’intérieur.
• À l’occasion, la torsion de la cheville peut être vers l’extérieur.
• Implique l’étirement ou le déchirement d’un ou plusieurs ligaments de la cheville.
• Blessure douloureuse et invalidante pouvant devenir un problème chronique.
• Se divise en 3 niveaux de gravité :
        1er degré 
           - les plus courantes et les moins graves, du moment qu’elles ne sont  pas négligées
           - les ligaments qui relient les os de la cheville sont étirés sans être déchirés
       
        2ième degré
           - blessures plus graves
           - les ligaments de la cheville sont partiellement déchirés

        3ième degré
           - blessures les plus sévères
           - les déchirures des ligaments de la cheville sont plus prononcées, mais requièrent rarement une chirurgie
           - peuvent laisser des ligaments lâches et une cheville instable

Présentation

• Douleur et enflure débutant au niveau de la région blessée, pouvant s’étendre à l’ensemble de la cheville et du pied avec le temps.
• Bruit sec ou sensation de déchirement au moment de la blessure
• Ecchymose pouvant s’étendre dans la région
• Difficulté à marcher après l’incident

entorse de la cheville

Causes

• Stress excessif à la cheville
• Blessure antérieure à la cheville
• Muscles faibles
• Chaussures avec support inadéquat
• Échauffements et étirements inadéquats
• Activités impliquant des arrêts et des changements de directions brusques ou de la marche / course sur des surfaces irrégulières
• Antécédents familiaux

Traitements

  Étape  #1 (72 premières heures)
      • Diminution de l’inflammation à l’aide de la glace (20 minutes / 2 heures), de l’élévation du pied et des thérapies complémentaires telles la neurocryothérapie et le kinésio taping.
      • Médicaments (anti-inflammatoires et anti-douleurs) au besoin
      • Compression de la cheville à l’aide d‘un bandage
      • Béquilles au besoin

   Étape #2 (1ère semaine)
      • Diminution de l’inflammation (idem)
      • Marcher normalement dès que la douleur n’est plus présente
      • Support de la cheville à l’aide d’un bandage ou d’un appareil orthopédique
      • Manipulations articulaires et travail des tissus mous (Active Release Techniques et Graston) afin de corriger la biomécanique de la cheville et réduire le tissu cicatriciel
      • Exercices de mobilité
      • Médicaments (anti-inflammatoires et anti-douleurs) au besoin

   Étape #3 (2ième semaine ou plus)
      • Manipulations articulaires et travail des tissus mous (Active Release Techniques et Graston)
      • Réadaptation pour accroître la force, la souplesse de la cheville et l’équilibre
      • Plasma riche en plaquettes

Fournir un bon support à la cheville pendant la pratique de sports pour plusieurs mois suivant la blessure (Bandage, orthèses et chaussures avec un bon support)

Prognostic

  1er degré : retour aux activités sportives après 2 ou 3 semaines
  2ème degré : retour aux activités sportives après 6 à 10 semaines de repos
  3ième degré : les ligaments peuvent prendre plus de 3 mois pour guérir complètement

 Retour au haut de la page